Henri COESTIER – Un Travailleur de l’ombre

Voici un article venant du magazine Basket-Ball datant de Mars 2001, retraçant le fabuleux parcours d'Henri COESTIER.

Vous trouverez l'article originel en bas de la page du site.

Merci pour tout ce que tu as fais pour le basket Henri.

Homme discret et apprécié, travailleur acharné, sa passion l'a mené et emmené à "jouer" tous les rôles dans une vie associative; joueur, entraîneur, arbitre, dirigeant de club avec comme seul objectif : Servir le Basket

 

Henri Coestier est né le 29 Janvier 1928 à Tricot dans l'Oise près de Montdidier.

Premier Contact avec le Basket

Pendant la guerre, en 1939, il y avait des problèmes à Amiens. Henri habitait à Longueau et tous les week-ends, il partait chez ses grands-parents à Amiens. Un jour, il repartit à l'école à Tricot et là, dans la cour de l'école, il y avait un terrain de basket. C'était en 1940 ! Il avait 12 ans ! C'est donc dans cette cour d'école qu'Henri eut son premier contact avec le basket.

Pour le moment, sa préférence allait au foot et il était joueur à Longueau où il avait commencé en Minimes (U15) avec les cheminots. Quand il est passé Cadet (U17), il a joué avec l'équipe première (Séniors) avec... "une licence falsifiée!"

 

Basket et Amitié

Puis il s'est jeté dans le basket au centre d'apprentissage de la SNCF à Amiens en Septembre 1942 où "le basket était le sport roi !"

Il jouait au basket avec les apprentis (matchs inter-écoles) et aussi au foot. En 1945, lors de la fin de l'apprentissage, il s'est licencié au basket à Longueau (avec tous les apprentis). Pendant 2 ans, il a joué au foot et au basket, ne sachant que choisir. Puis, ne pouvant concilier les deux, il décida d'arrêter le football et de se consacrer au basket où étaient tous ses amis.

"L'amitié était plus forte que le reste, j'ai donc tranché en faveur des copains !" avoue Henri

Henri se marie en 1950 avec Mademoiselle Mathonnet Michèle. Ils se sont rencontrés au Tyrol dans une station de ski. Elle était Marseillaise. Après avoir passé l'hiver 1950 dans une auberge de jeunesse à Chamonix, ils se sont fiancés sur un quai de gare ! Puis Henri a sauté dans le train de Marseille et ils se sont mariés le 7 Août 1950 à Longueau.

Premières Fonctions dans le basket

Au club de Longueau, il n'y avait pas d’entraîneur et comme Henri venait de faire un stage à Reims, tout naturellement, il est devenu l’entraîneur de Longueau. il s'est investi avec sa femme et d'autres passionnés dans ce club. Ils ont crée les deux premières équipes minimes de la Somme et comme bien évidemment, on en était du balbutiements du "basket pour les jeunes" dans ce département comme dans beaucoup d'autres, il n'y avait pas de championnat pour eux. ils ont été rattachés au Championnat FSGT de Paris avec toutes les rencontres à l'extérieur ! "Ce n'était pas grave ! On ne payait pas le train ! Tous étaient enfants de cheminots ! "

En 1951, la Somme crée un championnat Minimes, ce fut le point de départ de ce sport pour les jeunes !

Un Basket de rêve

En 1952-1953, il est parti faire un stage d'études de "Civilisation Américaine et Méthodes de Productivité" aux USA. Il devait travailler là-bas en liaison avec l’industrie et... le basket !

"C'est alors que j'ai découvert un basket de rêve ! J'ai suivi là-bas des entraînements différents".

De retour en France, Henri a repris le travail... et le basket avec des idées américaines, des idées révolutionnaires. Lors d'une Assemblée Générale, il a critiqué le club et, les dirigeants d'alors lui ont proposé de "reprendre le club". Il a apporté un basket nouveau "New Look" et son club est rapidement devenu, avec Amiens le club phare du département. Il refait alors un stage avec Joë Jaunay et l'équipe de France militaire.

En 1961, Henri est sollicité par Amiens en tant qu'entraineur. Il quitte donc Longueau pour Amiens et fait monter ce dernier en Championnat Fédéral, avec notamment Gibert Racine...

De 61 à 63, il devient entraineur et manager de l'équipe du Nord SNCF avec comme directeur sportif : Jean LIZARD.

Il manquait une corde à son arc: il devient arbitre régional. Mais il se consacre plus à l'entrainement qu'à l'arbitrage.

En 1964, travail oblige, il change de service et fait un stage de mars à novembre à Metz où il continue le "basket tourisme". Mais la passion ne s'oublie pas" !

En novembre, il est titularisé comme contrôleur de fabrication à Valenciennes !

 

Relance du Basket Féminin dans le Nord

A son arrivée à Valenciennes, il est bien décidé à passer ses examens d'arbitre de foot ! Il les prépare, mais ne les passera jamais... car il retrouve tous ses copains de la J.S.C.V et aussi Jean Robert qui s'occupe des sélections du Nord.

"Ils m'ont récupéré ! J'ai donc repris du service à la J.S.C.V en tant qu'arbitre"

Sa fille, Elisabeth, jouait à ce moment-là au basket, à l'A.S.S.U (Ancien nom de l'U.N.S.S). L'équipe était bonne et on demanda à Henri d'en assurer l'entrainement. C'est un bon souvenir ! Les filles sont allées en finale de Championnat Académique contre... Amiens.

Suite à cela, a démarré dans le département du Nord, le premier Championnat Cadette avec en tout et pour tout 4 équipes : Raismes, Onnaing, J.S.C.V et Saint-Amand.

Henri a aussi été à l'origine de la première séléction féminine dans le Valenciennois. Par le biais de l'école, il a relancé le basket féminin.

L'équipe a accédé en Nationale 3, après une année en département et deux années en région. Malheureusement, elle n'est restée qu'une année à ce niveau à cause d'un manque de moyens, la ville ne voulant pas aider les cheminots.

Carrière d'élu

En 1971, Henri se présente pour la première fois aux éléctions municipales d'Aulnoy où il est élu. En 1973, il devient adjoint aux sports et aux écoles. La ville a construit deux écoles, le collège et deux salles des sports de 1971 à 1977.

Il devient également président du district Valenciennois après avoir travaillé dans le "public relations" avec Jean Robert, puis à la désignation des arbitres. Quand il était président du district, il assistait à toutes les Assemblées Générales de clubs et il allait au moins une fois dans chaque salle du district. Il participait aux commissions des arbitres avec la Ligue Nord/Pas-de-Calais et attachait beaucoup d'importance dans ses désignations à faire collaborer un ancien et un jeune arbitre.

En 1971, il crée aussi le club d'Aulnoy-les-Valenciennes au sein duquel il animera la première école de basket.

En 1980, cependant, ses occupations professionnelles l'emmènent sur Paris, l'obligeant à mettre à bémol sur le basket pendant 5 années.

A sa retraite, en 1985, il revient dans le Nord. Quand il a démarré à Aulnoy, il y avait deux clubs : le foot et le volley. Aulnoy Sports comptera trois disciplines: cyclo, basket et tennis. Il crée aussi une fête municipale qui attire 800 participants.

 

Le Souvenir le plus Marquant d'Henri

C'était lors d'un match Longueau-Beauchamp : Henri et son équipe s'étaient échauffés dans une autre salle et sont arrivés dans la salle de la rencontre à cinq minutes du coup d'envoi. L'équipe visiteuse a été très perturbée par l’absence de Longueau et c'est ainsi que Longueau a gagné.

 

Travail obscur et efficacité: "Henri est un travailleur de l'ombre"

Ses fonctions préférées restent celles de secrétaire et trésorier du club d'Aulnoy-les-Valenciennes car il apprécié le travail de l'ombre qui permet à un club de progresser efficacement.

Le basket nordiste, mais le basket en général aussi, doivent beaucoup à notre amis Henri Coestier. Merci à ce travailleur acharné, discret et apprécié